[INFOS FREELANCE ] toutes les infos pour devenir freelance !

Toutes les questions relatives aux divers statuts d'indépendants, freelances, auto entrepreneur sont à poser ici. C'est également la place des guides et tutoriels du début d'activité, déclarations d'impôts etc. Merci de rechercher si votre question n'a pas déjà été abordée, souvent vous n'êtes pas le premier à vous interroger.

Message non lupar Daviplane » 20 Mai 2006, 17:11

Oui, il faudrait qu'on prenne le temps de remonter les liens nouveaux dans le premier message.
Par exemple, dans le salon, on trouvait aussi celui-ci:
(très) Anciennement Maison Daud Nam
Interesting stuff !
You've watched it. You can't
unwatch it !
Avatar de l’utilisateur
Daviplane
What else ?
 
Message(s) : 5381
Inscription : 23-02-2003
Localisation : In the bush of machine ghosts
a noté: 0 fois
a été noté: 0 fois

Message non lupar Nixco » 09 Juin 2006, 01:05

Bonjour a tous, j'ai beaucoup apprecie ce thread et il me reste une question (j'ai oublie les autres :twisted: )

Voici la situation :

Je suis scenariste dans le cadre de la creation d'une BD (note : on est seulement deux). Notre but etant de finaliser la BD a au moins 75% pour ensuite effectuer les premieres demarches commerciales.
Comme cela n'est pas mon seul projet, et que je desire me declarer en independant j'ai compris a peut pres toute les demarches. Par contre le probleme qui persiste :

Lors de la vente (si il y a vente bien sur :P ) du projet, je ne connais pas les differentes possibilites ? J'entends pas la que le graphiste sera independant a la MDA moi a l'AGESSA, comment cela se passe-t-il ? L'editeur interresse achete-t-il l'objet de la vente ? Il est preferable que la BD soit finie ? Etc...

Quelqu'un etant deja passe par ce schema (au culot

Quelqu'un ayant deja essaye cette methode *au culo* pourrait peut etre mieux me renseigner ?

Merci de votre attention
la nature de lÝaction (est-ce nécessairement un mouvement corporel ? est-ce que lÝintentionnalité caractérise lÝaction ?)
Nixco
Ersatz
 
Message(s) : 5
Inscription : 09-06-2006
Localisation : Lyon
a noté: 0 fois
a été noté: 0 fois

Message non lupar Memi » 22 Juil 2006, 08:06

Salut Nixco,

apparement c'est ta première expérience en tant que scénariste BD, alors voilà ce que je sais (d'aprés mon expérience personnelle, donc ce n'est pas une vérité légale!)

1/ D'abord d'un point de vue boulot: Je crois que tu es encore dans le "rêve", c'est à dire que quand on commence on sais pas trop comment ça se passe, et on fantasme un peu l'idéal de notre démarche, on se dit des trucs du genre:" Oh ben j'vais tout écrire, rien laisser au hasard, tout finir, comme ça ce sera à prendre ou à laisser".
Ensuite tu t'aperçois que les éditeurs avec qui tu rentres en contact te disent des trucs du genre "Ce serait bien, ça m'interesse mais, ça ne rentre pas tout à fait dans notre ligne éditoriale, il faudrait faire des petites modifs très légères...." Là tu rentres dans l'enfer de "la modif trés légère", ce qui signifie que malgrés que tu aies fait tout le gros du boulot, il te faut retravailler, et aussi tu t'aperçois parfois que la modif très légère usurpe un peu son nom car elle a tendance à se transformer en modif très lourde...et je passe sur le fait que tout ce travail n'est pas rémunéré, alors même si tu te dis on va faire le truc à 75%,
en fait ce n'est pas la quantité qui importe, j'ai vu des gars signer sur 3 planches crayonnées et un synopsis et des fois moins!
Ce qui importe c'est trés exactement ce que tu montres et la qualité de ce que tu montres! le moins y en a, le plus libre tu es! Il faut amener l'éditeur à acheter le projet le plus vite possible de manière à ce que tout travail ultérieur te soit rémunéré.
Ou alors tu bosses quand même, mais tu sais que ce que tu fais n'est pas fini et sera remis à l'épreuve encore et encore.
Ce qui s'appelle l'ecriture gratuite:
"L'ECRITURE GRATUITE c'est lorsqu'un producteur demande à un auteur de développer "gracieusement" un sujet.c'est une pratique aussi injustifiée que répandue. Car malheureusement seuls les grands noms y échappent.
[...]
On constate en effet qu'il est rarissime qu'une production engage un scénariste (à moins qu'elle ne le connaisse ou qu'il soit reconnu) sur un simple argument de 2 pages.
Trés souvent, lorsqu'un auteur présente un projet à un producteur, celui-ci dit:"Trés bien, l'idée est bonne, ça pourrait faire un bon truc, mais on voit mal la structure!"(sur 2 pages, évidemment!).
Ca serait bien que vous développiez un peu plus, qu'on puisse juger si ça vaut le coup. Aprés tout, on ne se connait pas encore trés bien. Si j'aime, j'achète."
Que fait le scénariste? Dans l'espoir d'une longue et fructueuse collaboration, il se met à developper son sujet en refusant de voir qu'il a toutes les chances d'être victime du mirroir aux alouettes. Car fréquemment, l'humeur changeante du producteur ou du diffuseur fait passer le projet à la trappe sans préavis.
La force de l'habitude aidant, les producteurs en sont venus à penser qu'ils peuvent consommer sans payer les idées, les sujets, les synopsis et les ré-écritures. Ils s'étonnent et parfois s'indignent lorsque desscénaristes leur rappellent que toute peine mérite salaire et leur précisent qu'ils ne peuvent pas disposer de leur travail comme bon leur semble avant d'avoir passé un contrat et de les avoir payés.
Mais même s'ils protestent, les producteurs savent bien, qu'ils sont abusifs. Un scénariste réputé confie:"Les rares scénarios que X & moi avons commencé d'écrire en nous fiant uniquement à la parole d'un producteur ont tous finis en eau de boudin avec invectives à la clé au bout de 3 mois. Nous avons dit basta et préféré la réputation d'emmerdeur, finalemet plus lucrative. Car l'idée qu'un producteur vous paiera demain si vous acceptez de travailler gratuitement aujourd'hui est sans doute la blague qui fait le plus rire les producteurs."
Extrait du "Guide pratique du scénariste" editions Dixit


Bon il est vrai que ceci est entièrement consacré au scénario audiovisuel, mais une grande partie est juste aussi pour la BD notamment les chapitres de droits & des contrats.

2/ Sinon d'un point de vue, pratique courante de la BD:
Les auteurs sont rémunérés en droits d'auteurs uniquement. Ces droits se montent à 5% par albumpour les auteurs, pour la 1ere edition, et peuvent se monter jusqu'à 30% pour la 2e, aprés ça ne monte plus. Selon la solidité de l'éditeur, ils peuvent jouir d'une avance sur droits (afin de subsister pendant l'année de labeur qui les attends), cette avance est calculée par le produit du nombre total de planches et leur prix unitaire.
Ce prix unitaire est trés variable en fonction: de l'éditeur et sa structure, de la notoriété des auteurs, de la technique et donc du temps nécessaires à leurs réalisation. Le plus important de la négociation se tient là, pour un débutant si vous arrivez à 1500 Fr/175 € la planche c'est bien. C'est le montant total de la planche il faut compter le scénariste qui touche en moyenne 30% par planche, à ceci se rajoute le coloriste, le lettreur ou tout autre intermédiaire, le reste (le plus gros) va au dessinateur( car c'est lui qui a la plus graosse part à faire, en effet il est plus rapide d'ecrire un scénario de 46pl, que de le dessiner!)

Ce qui fait par exemple pour un album de 46pl qui sera vendu à 10€/65Fr et tiré à 8000 ex. (genre Léo Loden...ou un truc du genre)
ça nous fait 175€x46pl=8050€ total à se partager.
Et pour les droits: (5% de 10€)x8000=4000€ donc l'avance est plus élevée que le montant des droits de la 1er édition.
CETTE AVANCE N'EST PAS REMBOURSABLE! c'est là le 1er risque que prend l'éditeur.
Les auteurs ne toucherons à nouveau de l'argent pour le t1 que lorsque les 8050€ de droits auront été dépassés. (et comme vous l'avez vu, il faut en vendre des albums!)

Donc pour en revenir au début ceci explique que tout se joue dès le premier contact et tout au flan!
Il te faut une matière comme l'or, c'est à dire quelques paillettes seulement mais qui brillent de milles feux. Il ne faut pas en montrer trop (sinon piège réécriture!) et réussir à contaminer ton auditeur/éditeur, plus le gars est enthousiaste, plus l'idée du risque diminuera d'autant. Pour cela il faut être sérieux (pas genre je dis et je fais pas!) être ponctuel à tout rdz-vous, avoir toujours une (seule) longueur d'avance.
Surtout ne pas penser que lire le contrat en entier te fait passer pour un débutant! Leur truc c'est de te faire signer le plus vite, genre en te présentant le contrat à un moment inopportun...une fois qu'ils t'ont donné les contrats rien ne presse, répond leur que tu les lira avec ton agent, et fixe la date de retour. Tant que tu n'as pas signé, tu n'es obligé de rien! Tu peux toujours consulter qui que ce soit, ils n'ont aucun droit sur ton boulot, tu peux même aller voir la concurrence si tu veux! à défaut un agent c'est bien...

Donc en lecture, trés pratique:

Le guide du scénariste, et l'ensemble des receuils des éditions Dixit,

Pour ceux qui l'ignorent il y a aussi la Maison des Auteurs de BD à cette adresse:
http://www.mdabd.com/index.php

avec une page de liens législatifs, et de notices:
http://www.mdabd.com/viewtopic.php?t=186

et un forum, bon c'est vrai que ce n'est pas le site miracle, mais en y cherchant bien ou en discutant, on apprend des choses...
Dernière édition par Memi le 18 Mai 2007, 20:37, édité 1 fois.
Memi the Shorty
"Roberto! Mio palmo."
ImageImageImage
Avatar de l’utilisateur
Memi
Pilier de comptoir
 
Message(s) : 1674
Inscription : 17-10-2005
Localisation : Montréal, QC
a noté: 0 fois
a été noté: 9 fois

Message non lupar Nixco » 24 Juil 2006, 01:10

Merci beaucoup Memi pour avoir pris le temps de m'écrire tout ça :P

ca me conforte dans mon idée de la chose (même si la chose en question devrait faire le contraire de conforter :oops: ) mais je voyais à qq choses près ce système de fonctionnement. En tout cas, pour le coup de la réécriture j'essayerai de ne pas me faire avoir, suivant le projet bien sur.

Avec mon dessinateur, on a décidé de présenter le projet de cette manière :

15 pages (ou un peu plus avec la description du monde et des persos en dessin), la lettre de ... (mince je ne me souviens plus du nom), la trame gobale du scénario du debut à la fin sans tous les détails pour que l'éditeur puisse avoir un avis sur l'avenir de la bd et un grand sourire.

Mais après tes remarques j'aurai peut-être une autre idée :

Presenter 2 ou 3 projets avec :

5 à 10 pages de dessins avec book du monde et des persos compris

A voir. Pour l'instant on va monter ces projets et cela nous fera une première expérience au niveau du contact avec les éditeurs.

A bientôt et merci encore
la nature de lÝaction (est-ce nécessairement un mouvement corporel ? est-ce que lÝintentionnalité caractérise lÝaction ?)
Nixco
Ersatz
 
Message(s) : 5
Inscription : 09-06-2006
Localisation : Lyon
a noté: 0 fois
a été noté: 0 fois

Message non lupar Memi » 26 Juil 2006, 14:50

:oops: :oops: :oops: :oops:


Edit: Heuh comme ma réponse à Nixco tournait un peu hors sujet, je l'ai effacée, pour lui envoyer en MP, vu que ça tournait à "ce qu'il faut mettre dans son dossier pour présenter un projet à un éditeur" :oops:

Encore toutes mes excuses!


Pour ceux que ça intéresse, je vais faire un topic tout neuf dans Ressources techniques comme çà les vaches seront bien gardées :D
Memi the Shorty
"Roberto! Mio palmo."
ImageImageImage
Avatar de l’utilisateur
Memi
Pilier de comptoir
 
Message(s) : 1674
Inscription : 17-10-2005
Localisation : Montréal, QC
a noté: 0 fois
a été noté: 9 fois

Message non lupar Poulpette » 12 Août 2006, 12:55

Bonjour tout le monde.

Voilà j'ai fait de recherches, j'ai également parcouru ce topic, mais malheureusement je n'ai trouvé aucune réponse à ce qui me taraude.

J'explique:

J'ai un contact qui a signé un contrat d'édition (roman en 3 tomes je crois).
Or ce matin, sans que je puisse voir d'où ça allait me tomber, il m'a demandé de réaliser une carte de son univers.
Pour vous faire une idée, carte qui serait typée SdA ou Naheulbeuk (carte 1 sur leur site), apparemment noir et blanc je suppose.

Bon il m'a du coup également demandé, dans l'optique que mon illu soit acceptée, de réfléchir à la façon dont j'allais être créditée....

Or je ne suis pas free-lance, je ne suis strictement rien d'un point de vue juridique.

Si je réalise cette, illu, dois-je par conséquent me déclarer en tant que free-lance?
Le seul hic serait que...je ne compte pas devenir free ou faire carrière dans le dessin (j'adore le dessin, mais c'est pas mon objectif), donc j'ai vu un peu les modalités d'enregistrement en tant que salarié indépendant je sais pas quoi par exemple, mais au fond je me vois mal m'enregistrer, payer de frais annuels etc, pour au final ne réaliser...qu'une seule et unique illu, au final, ça risquerait de me faire un peu mal.


Donc je ne sais pas trop ce que je dois faire, si quelqu'un pouvait me conseiller ça me serait grandement utile :?
Avatar de l’utilisateur
Poulpette
Microbe
 
Message(s) : 28
Inscription : 24-11-2005
Localisation : Dans l'eau
a noté: 0 fois
a été noté: 0 fois

Message non lupar thunderhead » 07 Oct 2006, 08:53

J'avoue que la réponse au post de poulpette m'intéresse grandement, j'ai un ami dans le même cas, si quelqu'un savait ... ce serait gentil qu'il se manifeste. :)
Cumulus
thunderhead
Ersatz
 
Message(s) : 9
Inscription : 07-02-2006
Localisation : Caen
a noté: 0 fois
a été noté: 0 fois

Message non lupar La truffe » 23 Nov 2006, 14:04

Vous trouverez aussi pas mal d'info, avec des dossiers thématiques, sur www.kob-one.com , la communauté voisine on va dire :D . On essaye tout comme le café salé de clarifier les situations des créatifs freelance, et on a tout à gagner à partager les infos (D'ailleur je fouille café salé aujourd'hui pour completer certains "vides" kobesques)
Goulven
Pour en finir avec les concours graphiques bidons :
http://www.jevousprendspourunetruffe.com/
La truffe
Microbe
 
Message(s) : 13
Inscription : 23-11-2006
a noté: 0 fois
a été noté: 0 fois

Message non lupar flo.v » 15 Déc 2006, 14:43

:o
Jacques Chirac souhaite que ces entrepreneurs paient désormais en fonction de leur chiffre d'affaires. Actuellement, toute personne créant une micro-entreprise doit s'acquitter la première année d'un forfait de 3.123 euros de charges sociales la première année euros, quel que soit son chiffre d'affaires, et 4.470 euros la seconde année. Au total, entre 250.000 et 300.000 entreprises seront concernées, selon le ministère.



C'est vrai ça ??? Dites moi que non ...
source Nan je lis pas le figaro, je suis tombée dessus en faisant une recherche sur google >_<

Et puis : Est ce que quelqu'un aurait sous le coude un Bilan d'activité type, por voir à quoi ça ressemble ? Mes recherches m'ont menées à Chirac mais pas à ça >_<
"Je ne désespére nullement car plus ça rate maintenant, plus ça va réussir après." V. Dugogh
flo.v
Parasite
 
Message(s) : 109
Inscription : 10-08-2006
a noté: 0 fois
a été noté: 0 fois

Message non lupar Memi » 03 Jan 2007, 20:48

Pour ce qui est de la carte et du mode de paiement, saches que:

Tu peux demander un dossier d'inscription à la maison des artistes et t'inscrire donc en "précompte" c'est à dire:
lorsque tu t'inscris, tu n'es affilié qu'à partir d'un certain chiffre d'affaires, qui est calculé sur une année entière appellée précompte car elle ouvre le droit à un compte l'année suivante QUE si tu atteins ce chiffre.
Si ce n'est pas le cas tu n'es pas affilié et demeure en précompte (je crois!)
Lorsque tu es en précompte, on te fournit un n° SIRET pour facturer, mais il faut du temps pour cela, alors en attendant il te suffit de spécifier sur ta facture ton n° de SECU et que tu est en précompte. Cela te permet d'établir une facture en bonne et due forme.
Cela dit attention! Tu dois verser des cotisations sur chaque boulot. Soit c'est ton client qui cotise directement pour toi auprés de la MDA (en fournissant les infos dont je viens de te parler) soit c'est toi en reversant aprés à la MDA (ce qui signifie qu'il te faut en tenir compte dans ton tarif).
Une solution pratique à cet égard, est d'exiger 2 chèques au client, ta part et celle de la MDA, comme ça tu es sûr que le client cotise.

Bien sûr tu peux trouver ça lourd, mais certaines personne de mon entourage sont restée plusieurs années en précompte (faute de faire suffisament de chiffre) car elle ne touchaient que de petite sommes, surtout à l'echelle d'une année! Et même plus, elle ne versait pas leur part à la MDA qui du fait la misérabilité de ces sommes ne s'en apercevait pas...

Et pour finir, renseignes-toi bien au près des impôts (c'est encore le meilleur endroit), mais il me semble qu'au dessous d'une certaine somme ( il y a environ 10 ans c'était 20000 fr) dans l'année tu pouvais ne pas la déclarer.

Dans tous les cas tu pourras avoir des réponses ici:

http://www.virtualegis.com/bulletins/document.php?ref=57

http://www.agessa.org/

http://www.mdabd.com/

http://www.impots.gouv.fr/portal/dgi/home?pageId=home&sfid=00

Bon courage!
Memi the Shorty
"Roberto! Mio palmo."
ImageImageImage
Avatar de l’utilisateur
Memi
Pilier de comptoir
 
Message(s) : 1674
Inscription : 17-10-2005
Localisation : Montréal, QC
a noté: 0 fois
a été noté: 9 fois

Message non lupar Memi » 03 Jan 2007, 20:51

Hop! je viens de le pêcher!

"Si les particuliers ne peuvent pas " facturer ", ils peuvent néanmoins exercer des activités professionnelles non salariées et percevoir des revenus autres que les traitements et salaires.
Les particuliers peuvent, notamment, participer à l'activité rédactionnelle d'une revue, d'un magazine ou d'un site web moyennant le paiement de ce que l'on appelle communément des " droits d'auteur ", sans toutefois que le versement de cette rémunération d'auteur ne donne lieu à l'établissement de factures."

Pascal ALIX
Avocat à la Cour

voilà issue du premier lien de la liste.
Memi the Shorty
"Roberto! Mio palmo."
ImageImageImage
Avatar de l’utilisateur
Memi
Pilier de comptoir
 
Message(s) : 1674
Inscription : 17-10-2005
Localisation : Montréal, QC
a noté: 0 fois
a été noté: 9 fois

Message non lupar Bambin » 08 Avr 2008, 10:24

Bonjour,
j'ai une question!

Je ne savais pas trop ou la poser, j'espere etre au bon endroit.


Je vis au japon depuis fin 2005 et y bosse en tant que salarie dans une boite (animation 3D/2D), j'ai un visa de travail de 3 ans depuis l'annee derniere...

Quelqu'un sait-il si il est possible d'etre freelance au japon en tant qu'etranger? (ca m'evitera de faire 4 boulots simultanes payes pour 1, par exemple) :EEk:
Avatar de l’utilisateur
Bambin
Espresso
 
Message(s) : 923
Inscription : 09-02-2003
Localisation : Tokyo
a noté: 0 fois
a été noté: 0 fois

Message non lupar teo » 24 Août 2008, 17:17

Allez un petit document PDF sur tout ce qu'il faut savoir pour devenir freelance, préparé par le CNAP (Centre National des Arts Plastiques) :

http://www.cnap.fr/graphisme/graphisme05/pdf/profession_graphiste.pdf

A lire avant de poster des questions, dont les réponses figurent dans ce document.
Photos du Japon, New York, Londres, Bosnie/Croatie, Chypre, macro, montagne :

Instagram : https://www.instagram.com/comparato/
Behance : https://www.behance.net/comparato
500px : https://500px.com/kinosoko
Flickr : https://www.flickr.com/photos/comparato/
Avatar de l’utilisateur
teo
Pilier de comptoir
 
Message(s) : 1631
Inscription : 23-06-2004
Localisation : A Marseille, première maison à droite après la lune, à 22h41
a noté: 0 fois
a été noté: 1 fois

Message non lupar Bambin » 26 Août 2008, 03:15

Merci beaucoup Teo :mrgreen:
Avatar de l’utilisateur
Bambin
Espresso
 
Message(s) : 923
Inscription : 09-02-2003
Localisation : Tokyo
a noté: 0 fois
a été noté: 0 fois

Message non lupar boz » 12 Sep 2008, 14:44

ouep utile ça, j'ai copié collé le lien sur la premiere page :)
boz
Espresso
 
Message(s) : 912
Inscription : 04-10-2002
a noté: 0 fois
a été noté: 0 fois

PrécédentSuivant

Retour vers Informations Freelances & Indépendants



Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité