Alejandro Jodorowsky et le syndrome de la page blanche

Discussion générale. Pas de politique, tous les sujets déviants iront dans la Poubelle.

Alejandro Jodorowsky et le syndrome de la page blanche

Message non lupar Benassure » 10 Sep 2019, 14:41

Bonjour à tous,

Je me suis inscrit ici il y a quelques mois maintenant, avec l'intention de me lancer dans l'écriture d'un scénario. Aujour'dhui je me suis enfin lancé (merci à vos différents posts/partage sur ce fofo) mais j'ai parfois quelques blancs (je précise que c'est purement sur mon temps de loisir, je n'ai aucune contrainte ni ambition de grande envergure)

Alors d'abord ma question :
Avez vous déjà "subit" le syndrome de la page blanche ? Comment l'avez vous surmonté ?

Pourquoi est ce que je pose cette question ?
Comme beaucoup ici j'ai toujours dessiné mais jamais réussi à écrire quelques chose de sérieux. J'étais rempli de préjugé sur que doit être un dessinateur, un scénariste... Je mettais facilement des concepts dans des cases jusqu'à ce qu'on me parle d'Alejandro Jodorowsky.
D'abord j'avais pas compris puisque je connaissais le loustique comme un réalisateur de film et un tarologue (à mes yeux c'était à ce moment là un charlatant) puis j'ai appris qu'il faisait des BD !
bref comme j'en avait marre de tous mes préjugés, j'ai commencé à lire ses différents ouvrages et j'ai découvert un personnage hautement spirituel qui m'a beaucoup aidé à me sortir de l'enfert de l'égo/mental pour laisser place à ma créativité.
Donc Alejandro jodorowki m'a beaucoup aidé donc je vous partage un article d'actualitte sur son sujet, j'espère que ça vous aidera d'une manière ou d'une autre

article actualitte

Mais bon parfois j'ai juste pas d'inspi, j'ai l'impression d'en avoir dit déjà beaucoup, est ce que c'est normal ? Est ce que vous avez déjà repris des scénar plusieurs mois après ou est ce "problème" de page blanche ?

Biz et j'espère ne pas vous avoir saoulé
Benassure
Ersatz
 
Message(s) : 1
Inscription : 24-05-2019
Localisation : Lille
a noté: 0 fois
a été noté: 0 fois

Re: Alejandro Jodorowsky et le syndrome de la page blanche

Message non lupar solem » 11 Sep 2019, 10:07

Bonjour ,
Rien de plus normal , ça se produit . Actuellement je reprends un vieux scénario , nouveau découpage .
Il faut juste laisser infuser .
solem
Microbe
 
Message(s) : 34
Inscription : 26-11-2012
a noté: 0 fois
a été noté: 0 fois

Re: Alejandro Jodorowsky et le syndrome de la page blanche

Message non lupar Kim » 11 Sep 2019, 15:36

C'est délicat de parler de la page blanche parce que pour moi, elle n'est pas vraiment blanche. La difficulté est plus "Où va l'histoire ?". Créer des personnages est facile. On prend une personne, on la créé en donnant des détails, sur ses goûts, sa façon de penser, ses idéaux ... Mais après, la question est "Qu'est-ce que j'en fais ?". On est Dieu, on a créé des hommes mais ces personnages de papiers sont incapables d'aller dans une direction et nous ne savons pas vers où les orienter.

Certes il y a des idées parfois loufoques (comme faire un récit épique de science fiction avec un vieux papy cultivateur de légumes en héros) mais ces suggestions tiennent-elles vraiment la route à l'aune de nos désirs de scénariste ? Mon histoire ne va t-elle pas être trop bateau ? Même si le traitement, la narration, l'enchaînement des scènes, des plans et autres choses, sont importants, mon histoire est-elle intrinsèquement bonne ? Est-ce que je sors des sentiers battus ? Y a t-il d'autres personnes s'étant aventurés vers ce genre de récit ? Est-il vraiment différent ? Original ?

Et il y a aussi les pannes. Parfois, on se lance dans une histoire. On a une idée de la première partie, quelque chose de vague pour la suite ... Sauf que voilà, quand on s'est éclaté sur la première partie, on s'aperçoit que les choses vagues que l'on a ne sont pas assez consistantes pour faire une seconde partie. Et du coup, qu'est-ce que je mets dans mon histoire ? On peut meubler avec des choses sans grande importance mais garnir six ou sept scènes avec de l'inutile se remarque toujours à un moment donné, ne serait-ce que dans le rythme.

Non, pour moi, la page n'est pas blanche car quand on prend le stylo, c'est qu'on a un minimum à raconter déjà. Il y a certes des outils comme les mind maps qui permettent de stimuler, de poser des éléments, mais qui, pour moi, n'empêchent pas parfois les questionnements, les creux dans sa production.

Kim
Avatar de l’utilisateur
Kim
Torréfacteur
 
Message(s) : 3006
Inscription : 18-09-2004
Localisation : Périgueux
a noté: 32 fois
a été noté: 34 fois


Retour vers Discussion Générale



Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité