AUTOEDITION de BD

Discussion générale. Pas de politique, tous les sujets déviants iront dans la Poubelle.

AUTOEDITION de BD

Message non lupar Afigiboto » 13 Déc 2010, 23:13

Bonjour,

Je poste ici cette petite réflexion qui me trottait dans la tête depuis quelques temps et qui vient d'être alimenté par la discussion sur le sujet Etincelle : http://forum.cfsl.net/viewtopic.php?f=45&t=65075 . Pour ceux qui n'ont pas lu le sujet en question, voici un petit résumé. Un auteur nous présente son dossier refusé par les éditeurs. Il s'attend à ce qu'on le critique. Certes, son projet n'est pas parfait, mais les réactions sont unanimes : incompréhension du refus !!

Je ne remets pas en cause le droit d'un éditeur de publier ce qu'il veut, c'est son pognon, il en fait ce qu'il veut. Et même publier de grosses m...
Je remet en cause l'attitude de l'auteur qui va prendre ce refus dans les dents et va mettre son travail au fond d'un tiroir ou au fond de sa poubelle.
Si les éditeurs ont le monopole (ou presque) de ce qui se publie, ils n'en ont pas pour autant le monopole de la pensée. Et si l'auteur veut véhiculer la sienne, il doit pouvoir le faire. Avec l'autoédition par exemple.
Je ne mets pas en opposition l'édition et l'autoédition. Je constate simplement que parfois l'auteur et l'éditeur s'entendent sur un projet et parfois non. Et que parfois ce projet mérite d'être publié pour des raisons diverses : parce qu'il est intéressant, parce qu'il plaît à son auteur, etc ...

L'autoédition est assez peu répandue en BD car elle tranche totalement avec le principe bien établi de l'avance sur droits d'auteur qui permet notamment au dessinateur de se consacrer à temps plein à son travail de création. Cette absence de rémunération durant le temps de la création est un frein. Mais elle apparaît dans d'autres domaines artistiques ou non : un peintre peint ... et, Inch'Allah, il vend ; un sculpteur sculpte ... et, si Dieu le veut, il vend ; un paysan cultive et ... si le temps est clément, il récolte !
Dans le cas de l'autoédition, il faut amorcer la pompe. Le premier livre est fait sans rémunération. Et c'est sa vente qui va laisser le temps au dessinateur de faire le suivant.
L'autre point négatif de l'autoédition est la distribution. Car une fois que l'auteur-autoéditeur a collecté un peu de rond (souscription, emprunt familial, économies) pour faire fabriquer son bouquin et qu'il se retrouve avec ses cartons, il doit enfiler sa casquette de VRP et partir vendre ses BD. Et je connais quelques dessinateurs qui aiment bien rester planqué derrière leurs crayons ... Parfois ils ne sont pas seul, et le scénariste peut jouer un rôle là dedans.
Mais est-ce que pour autant l'autoédition est inadaptée à la BD. Je ne pense pas.

Aussi, l'idée qui me trotte dans la tête est la suivante :
- Créer une structure, que j'appellerai XXI pour simplifier la lecture, très certainement une association, regroupant des auteurs de BD souhaitant s'autoéditer. Ce qu'il veut dire qu'ils gèrent eux même le financement de leur édition et qu'ils ont un statut (autoentrepreneur, indépendant, etc ...)
- XXI n'est pas une maison d'édition, mais un collectif. Elle représente un ensemble d'auteurs et donc trouve une légitimité auprès des festivals, des imprimeurs, des libraires. Elle peut négocier des tarifs pour les autoéditeurs : volumes plus importants.
- Elle regroupe des auteurs qui peuvent échanger leurs avis sur les projets sans les censurer. L'objectif est d'amener l'auteur au maximum de ses possibilité pour qu'il édite une BD la plus aboutie possible. De le remettre en cause dans le but de progresser et d'éditer. Ce comité de lecture n'a pas la possibilité de refuser le projet puisque l'auteur s'autoédite.
- XXI peut publier des BD collectives qui servent essentiellement à financer les quelques frais de l'association. Mais XXI ne gère pas les finances de chaque auteur. Si un auteur se plante, il n'en entraîne aucun, XXI continue. Et rien ne l'empêche de revenir. (Ca s'appelle le droit à l'erreur).
- En imaginant que les auteurs membres du collectif sont un peu répartis sur la France, voir la Belgique, XXI dispose d'une force de vente à même d'organiser des séances de dédicace dans les librairies spécialisées, de promouvoir le catalogue du collectif, etc ... Chaque autoéditeur est représenté par ses "collègues" et représente ses collègues.

Nous allons éditer notre BD en autoédition.
Si certains veulent tenter l'aventure vous pouvez me contacter via les MP du forum ou via mon site web. Qui sait XXI verra peut-être le jour ? Y'a pas grand chose à perdre !
Avatar de l’utilisateur
Afigiboto
Napolitain
 
Message(s) : 793
Inscription : 29-11-2009
a noté: 2 fois
a été noté: 17 fois

Re: AUTOEDITION de BD

Message non lupar Nuages » 14 Déc 2010, 03:20

Ce genre de collectif existe déjà, par exemple Fugues en Bulle : voir cet article.
(Si l'on excepte qu'ils ne sont pas aussi "ouverts" que se veut ton projet, qui a priori admet n'importe quel projet... Sauf que tu risques de t'apercevoir qu'une telle politique dévalorise complétement le collectif si les lecteurs, libraires et organisateurs de festival considèrent qu'il y a tout et n'importe quoi dans XXI).

De toute façon, dans le cas précis du projet Étincelle, cela ne changerait rien, puisque si tu as lu le sujet, il y a bel et bien un éditeur qui était intéressé, et acceptait de le publier. Mais les avances qu'il proposait n'étaient pas suffisantes.
Dans le cas de Guillaume et Paul, ce que tu leur proposes est donc "pire" : zéro avance. Je sais bien que tu ne t'adresses pas spécifiquement à eux, mais ce n'est que pour signaler que ta solution n'en est pas une pour beaucoup : peu sont prêts à bosser des mois pour pas un rond (et même à en avancer pour publier son livre), encore moins sont prêts à devenir commerciaux, et ce n'est pas une question de rester "planqué" derrière son bureau. Dessinateur et commercial, ce sont des métiers différents. Certains peuvent faire les deux, d'autres non.
Faire vivre le rêve
Avatar de l’utilisateur
Nuages
Gringo
 
Message(s) : 2878
Inscription : 06-03-2008
a noté: 0 fois
a été noté: 5 fois

Re: AUTOEDITION de BD

Message non lupar Afigiboto » 14 Déc 2010, 09:35

Nuages a écrit :Ce genre de collectif existe déjà, par exemple Fugues en Bulle : voir cet article.


Je ne connaissais pas la démarche. Effectivement, il y a des similitudes avec ce que je propose. Sauf qu'il y a toujours un comité d'édition qui décide de ce qui DOIT être édité. Et ça me pose toujours un problème.
Par ailleurs, dans l'entretien, ils affichent clairement leur envie de devenir un éditeur ... comme tant d'autres.

Nuages a écrit :(Si l'on excepte qu'ils ne sont pas aussi "ouverts" que se veut ton projet, qui a priori admet n'importe quel projet... Sauf que tu risques de t'apercevoir qu'une telle politique dévalorise complétement le collectif si les lecteurs, libraires et organisateurs de festival considèrent qu'il y a tout et n'importe quoi dans XXI).


Il y a déjà tout et n'importe quoi dans n'importe quel catalogue d'éditeur. Le tout et n'importe quoi, en matière d'art, est totalement subjectif. Mais un libraire ne commande pas tout un catalogue mais une partie de celui-ci. Et un libraire qui connait sa clientèle est capable de choisir dans un catalogue ce qui plait à ses clients, pas uniquement ce qui plait au plus grand nombre.
Par ailleurs, dans les festivals, il y a de tout : des grosses boites aux fanzines. Et les prix sont décernés non pas à un catalogue, mais à un auteur.

Nuages a écrit :Dans le cas de Guillaume et Paul, ce que tu leur proposes est donc "pire" : zéro avance.


Je ne leur propose rien à eux. C'est leur mésaventure et les réactions suscitées qui m'ont conforté dans ma réflexion. J'ai bien intégré qu'ils sont dans la démarche de se faire rémunérer pendant la création. (Quoique la remarque de féfé dans la discussion Etincelle fait état de 2000 € pour 1500 à 2000 exemplaires chez Mosquito. Est-ce une rémunération ?)
Mais je n'ai pas la même notion du pire que toi. Pour moi, le pire, c'est de ne pas pouvoir publier. J'ai bossé des mois sur un scénario, Laurent a bossé des mois sur les premières planches et ce boulot est bon pour la poubelle ?? Non !!! Certes il n'est pas parfait. Mais aucun éditeur n'a prit la peine de me dire ce qui ne va pas. On m'a juste dit : correspond pas à la ligne éditoriale, sujet déjà traité ou encore projet trop ambitieux. Pour moi ce ne sont pas des arguments rédhibitoires à l'édition. Et pire, ce ne sont pas des critiques constructives.

Nuages a écrit : Je sais bien que tu ne t'adresses pas spécifiquement à eux, mais ce n'est que pour signaler que ta solution n'en est pas une pour beaucoup : peu sont prêts à bosser des mois pour pas un rond (et même à en avancer pour publier son livre)


Combien de temps pour monter un tel dossier : refusé ! Combien de temps pour monter le suivant : refusé ?! Et ensuite ? Je pense que beaucoup d'entre nous travaillent pour rien à monter des dossiers, à attendre qu'ils soient lu, à espérer une rencontre avec un éditeur (en ce qui nous concerne, ça fait un an qu'un éditeur nous a dit que notre projet l'intéresse ... mais impossible de le rencontrer !).
Ma solution est une de plus dans ce qui existe déjà et qui peut correspondre à certains. Entre ce que je propose, c'est à dire une autogestion collective jusqu'à la grosse boîte en passant par Fugues en Bulle (sus citée) et autre ... il faut de tout pour faire un monde de BD à la mesure de la pluralité des auteurs.

Nuages a écrit : encore moins sont prêts à devenir commerciaux, et ce n'est pas une question de rester "planqué" derrière son bureau. Dessinateur et commercial, ce sont des métiers différents. Certains peuvent faire les deux, d'autres non.


Et pourtant c'est bien ce que fait chaque auteur qui va défendre son projet auprès des éditeurs : le vendre, SE vendre ! Qu'est ce qu'on fait tous avec notre petit carton sous le bras, à faire la queue, à Angoulême ou ailleurs ? Dans ma proposition, je transfère l'acte : le faire auprès des libraires plutôt que des éditeurs. C'est déjà un peu ce qui se fait lors des séances de dédicaces.

Mais je suis tout à fait d'accord avec toi, ma solution ne convient pas au plus grand nombre. Ca tombe bien, je ne cherche que quelques personnes motivées.
Avatar de l’utilisateur
Afigiboto
Napolitain
 
Message(s) : 793
Inscription : 29-11-2009
a noté: 2 fois
a été noté: 17 fois

Re: AUTOEDITION de BD

Message non lupar Djaboo » 14 Déc 2010, 10:00

Assez d'accord avec Nuages. Au premier abord ton projet fait envie, est peut paraitre une issue à de nombreux projets de qualité ne rentrant pas dans les cases réductrices des "grandes collections" des "gros éditeurs". Mais dessiner tout un tome sans avances, avec un gagne pain à côté, déjà il faudrait un temps fou (au moins deux à trois fois plus que si on s'y consacre à plein temps), et en plus pour au final sortir soi même de sa poche les fonds pour la production, sans avoir la moindre garantie que le tout se vendra à plus de 500 exemplaires....
Bref là comme ça, je pense que ce projet peut surtout être intéressant pour des personnes qui auraient déjà toute une bd de terminée (par exemple des auteurs qui auraient publié tout un tome sur manolosanctis mais sans que ça ne débouche sur une signature).
Avatar de l’utilisateur
Djaboo
Gringo
 
Message(s) : 2270
Inscription : 16-12-2007
Localisation : Toulouse
a noté: 3 fois
a été noté: 8 fois

Re: AUTOEDITION de BD

Message non lupar Gibie » 14 Déc 2010, 11:35

Je plussois à mes 2 camarades. Perso je met à temps plein en auteur complète 13/15 mois à mini 50h de travail /semaine pour un tome ! En plsu ayant vécu l'expérience de l'intérim. En sortant du boulot, avoir l'énergie pour bosser à sa BD une fois rentré, ce n'est pas évident pour tout le monde...
:(
Gibie la marmotte félée @ http://www.leila-gibie.com
Image
Avatar de l’utilisateur
Gibie
Grain de sel
 
Message(s) : 659
Inscription : 20-03-2003
Localisation : Mon terrier
a noté: 0 fois
a été noté: 0 fois

Re: AUTOEDITION de BD

Message non lupar Ailurus » 14 Déc 2010, 22:22

Si XXI se présente sous forme d'association un gros problème va se pauser. En commercialisant les produits issue de l'éditions (les livres et BD publiés par l'asso XXI) l'association fera de-facto concurrence aux entreprises commerciales du secteur (les autres maisons d'éditions), soumises aux impôts et prélèvements divers et multiple (compliqué et ruinant). Ces mêmes entreprises pourront, à raisons, et pour concurrence déloyale, demander à l'association de passer sous le statue d'entreprise nettement moins avantageux fiscalement. (voir la loi de 1901 sur les associations)

Pour avoir déjà parlé avec une personne ayant montée sa propre maisons d'édition, la chose n'est déjà pas facile en suivant une démarche commerciale. Si l'entreprise XXI n'est pas assurée d'obtenir de quoi payer ou le(s) salaire(s) ou les charges, les prélèvements, les impôts, l'affaire n'ira pas loin et l'entreprise finira sur la paille comme bon nombre de petites maisons.

Maintenant, en plus de l'édition à compte d'auteur, il existe des éditeurs qui proposent d'éditer des auteurs, ceux là avançant les frets d'impression et de distribution et les deux parties profitant des bénéfices.
Il est passé un article sur France-Info là dessus, il y a un ou deux mois, me semble-t-il.

J'ai envie de souhaiter bon courage à tous ceux qui ne vivent pas pour l'argent, ce monde n'est pas le leur. :/
Portfolio
Sur Cfsl
Avatar de l’utilisateur
Ailurus
Pilier de comptoir
 
Message(s) : 1127
Inscription : 18-10-2009
Localisation : Loire Atlantique
a noté: 6 fois
a été noté: 2 fois

Re: AUTOEDITION de BD

Message non lupar Afigiboto » 14 Déc 2010, 22:50

Ailurus : Juridiquement, il n'y a pas de problème : des auteurs ont le droit de s'auto-éditer. Des auteurs ont le droit de se regrouper en association qui va défendre leurs intérêts. XXI n'est pas une maison d'édition. XXI ne publie aucun livre. Si elle peut publier des collectifs, c'est dans le but de financer ses frais de fonctionnement. Il existe des solutions juridiques pour qu'une association autoédite ses brochures, comme le portage éditorial par exemple.

250 consultations en moins de 24h ... le sujet suscite au moins de la curiosité.
Avatar de l’utilisateur
Afigiboto
Napolitain
 
Message(s) : 793
Inscription : 29-11-2009
a noté: 2 fois
a été noté: 17 fois

Re: AUTOEDITION de BD

Message non lupar Ailurus » 15 Déc 2010, 13:45

C'est que tout le monde c'est pausé la question au moins une fois. ^^
Portfolio
Sur Cfsl
Avatar de l’utilisateur
Ailurus
Pilier de comptoir
 
Message(s) : 1127
Inscription : 18-10-2009
Localisation : Loire Atlantique
a noté: 6 fois
a été noté: 2 fois

Re: AUTOEDITION de BD

Message non lupar Afigiboto » 15 Déc 2010, 21:17

Ailurus a écrit :C'est que tout le monde c'est pausé la question au moins une fois. ^^


Si tout le monde se pose la question, c'est qu'elle ne doit pas être si bête que ça.

Il y a quelque chose d'étonnant, c'est que l'autoédition fonctionne pas mal dans d'autres domaines littéraires : roman, essais, guides, livre photo, etc ... Et pas trop dans la BD.
Ça s'explique peut-être par les réactions qui apparaissent ici concernant une habitude des dessinateurs de BD : être payé à l'avance pour faire une BD. Je comprends que beaucoup se battent pour conserver cet avantage car bien peu de métiers offrent l'avantage d'être payé avant la tâche.
Je sens que je ne vais pas me faire des copains, alors je rassure : je ne remets pas en cause, je constate. Et je souhaite que tout ceux qui bénéficient de ce système puisse encore le faire pendant 20 générations. Mais malheureusement, j'ai bien l'impression que les avances sur droits sont en train de se réduire.

Je comprends l'argument "Moi, je dessine quand je suis sûr d'avoir le frigo plein". Et je le comprends d'autant mieux que le dessinateur avec lequel je bosse est obligé de faire de la maçonnerie en plein hiver pour faire bouillir sa marmite ... et que le projet avance lentement. Mais dans l'art, ce phénomène est généralisé. Combien de musiciens bossent à côté ? Combien de peintres bossent à côté ? Combien de vidéastes bossent à côtés ? Combien d'auteurs, d'acteurs, de ... Mais ça ne les empêchent pas de créer, de produire, d'éditer et de vendre. Et surtout de se faire une expérience et se faire connaître. C'est donc à ces personnes là que je m'adresse plus précisément.
Avatar de l’utilisateur
Afigiboto
Napolitain
 
Message(s) : 793
Inscription : 29-11-2009
a noté: 2 fois
a été noté: 17 fois

Re: AUTOEDITION de BD

Message non lupar _sam_ » 15 Déc 2010, 21:45

être payé à l'avance pour faire une BD. Je comprends que beaucoup se battent pour conserver cet avantage car bien peu de métiers offrent l'avantage d'être payé avant la tâche.

Hé !!! d'où "l'avantage d'être payé avant la tâche", les avances sur droit permettent juste de vivre pendant que l'on réalise la BD je vois vraiment pas en quoi c'est un privilège. Pour ton information il y a quelques années encore les auteurs touchaient un fixe en plus des droits d'auteur.
Ensuite :
- Ce faire refuser des projets ça fait partit des risques du métier, jusqu'à présent je n'ai rencontré personne à qui ce n'est jamais arrivé.
- Personne n'est heureux de se faire refuser un dossier, c'est toujours très difficile et dur pour le moral.
- L'auto-édition en BD c'est un truc de malade, voilà la raison pour laquelle peu de gens s'y lance. Pour vous en convaincre suffit d'aller voir quelqu'un qui en fait, il vous le dira. Et si les éditeurs existent c'est pas pour rien.
Avatar de l’utilisateur
_sam_
Torréfacteur
 
Message(s) : 4321
Inscription : 03-05-2006
Localisation : Alentours de Lyon
a noté: 23 fois
a été noté: 49 fois

Re: AUTOEDITION de BD

Message non lupar skyjoe » 15 Déc 2010, 22:06

Je m'excuse d'avance de ne pas rentrer dans le vif du sujet mais je voulais juste rebondir sur une chose. Je pense que c'est un mauvais raisonnement de penser que les ayants-droits sont un privilège comparé aux autres métiers. L'artiste ne créé pas un cheeseburger, qui sitôt préparé, est vendu. Quoique cet exemple peut fonctionner dans le cas des caricaturistes de rue. Ce que je veux dire, c'est qu'un promoteur qui construit une maison, il ne paiera pas les maçons une fois la maison vendue. Un ingénieur qui bosse sur un moteur ne touchera pas sa paie une fois les moteurs vendus, etc. Ce sur quoi il faut se focaliser au niveau de la paie, ce n'est pas le produit fini, mais la tâche comme tu dis. Voilà pourquoi une forte relation de confiance doit s'instaurer entre l'auteur et l'éditeur.
Autrement je pense que ton idée est bonne et toute à ton honneur, moi qui ait pensé à m'auto-éditer, c'est rassurant de se dire qu'on peut avoir éventuellement plus de poids en faisant partie d'un collectif. Mais honnêtement, l'auto-édition, c'est passer du statut d'auteur à entrepreneur. Autrement dit, ça demande deux à trois fois plus de temps dans le cas où l'on veut bien faire les choses. Donc personnellement je pense que je préfère retravailler un projet et tenter à nouveau ma chance auprès d'un éditeur que m'auto-éditer, mais comme tu l'as dit, ce n'est pas le sujet. Et grâce à internet, l'auto-édition sera peut-être quelque chose de plus accessible pour un auteur qui souhaite vendre beaucoup dans quelques années.
Bref c'était un apparté (on devrait peut-être créer un autre sujet dans discu générales si ça intéresse du monde et que le sujet n'a pas été traité maintes fois). Je vous laisse retourner à vos moutons et te souhaite d'arriver à tes fins.
Avatar de l’utilisateur
skyjoe
Capuccino
 
Message(s) : 440
Inscription : 08-02-2007
a noté: 0 fois
a été noté: 0 fois

Re: AUTOEDITION de BD

Message non lupar Afigiboto » 15 Déc 2010, 22:46

skyjoe a écrit : Mais honnêtement, l'auto-édition, c'est passer du statut d'auteur à entrepreneur. Autrement dit, ça demande deux à trois fois plus de temps dans le cas où l'on veut bien faire les choses.


D'où l'idée de ne pas envisager l'autoédition seul. Ca demande 2 à 3 fois plus de temps si tu es tout seul. C'est ce qui rebute les auteurs. Mais tu sais ce qu'on dit : à 2 ou avance trois fois plus vite ...
Je suis scénariste. Mon scénar est presque bouclé. J'ai le temps de me pencher sur toute la problématique de l'autoédition pendant que Laurent dessine. Une fois que j'ai mis en place une relation avec un imprimeur, un distributeur si nécessaire, quelques libraires ... Pourquoi ne pas en faire profiter quelqu'un d'autre ?

samuelovitch a écrit : - Ce faire refuser des projets ça fait partit des risques du métier, jusqu'à présent je n'ai rencontré personne à qui ce n'est jamais arrivé. - Personne n'est heureux de se faire refuser un dossier, c'est toujours très difficile et dur pour le moral.


Ce n'est pas ça le problème, tu peux quand même avoir envie de publier ton projet.
Personnellement, je suis hermétique au style : "projet bon ou projet pas bon". C'est nul ! Ça fait pas avancer le Schmilblick.
Par contre des remarques du style : découpage trop lent, trop linéaire, dialogues incohérents, erreur scénaristique, etc ... ça c'est positif. Mais ça n’apparaît jamais dans les réponse des éditeurs que j'ai reçu. C'est dommage.

samuelovitch a écrit : Et si les éditeurs existent c'est pas pour rien.

Alors là, des trucs inutiles qui existent, il y en as des tas ... La télé, par exemple :)
Avatar de l’utilisateur
Afigiboto
Napolitain
 
Message(s) : 793
Inscription : 29-11-2009
a noté: 2 fois
a été noté: 17 fois

Re: AUTOEDITION de BD

Message non lupar _sam_ » 15 Déc 2010, 23:09

samuelovitch a écrit: Et si les éditeurs existent c'est pas pour rien.


Alors là, des trucs inutiles qui existent, il y en as des tas ... La télé, par exemple :)


Ce genre de rhétorique ne t'aidera pas dans ce cas. Ce que je veux dire c'est que tu n'as pas l'air d'être très au courant des contingences du boulot de d'auteur de Bd. D'abord les éditeurs à par certaine très très rares exceptions ne donne jamais de raison à leur refus, tout simplement parce qu'ils n'ont pas le temps.

D'où l'idée de ne pas envisager l'autoédition seul. Ca demande 2 à 3 fois plus de temps si tu es tout seul. C'est ce qui rebute les auteurs.
Non ce qui rebute les auteurs c'est que par exemple en se moment je bosse 14h par jour pour boucler mes planches, comment je fais pour payer la bouffe et le loyer si j'ai pas d'avances sur droit ?

Enfin je me répète je comprend la frustration qu'engendre le refus d'un dossier mais l'auto édition en BD faut vraiment prendre la mesure du boulot colossal que ça représente. Après tout le mal que je te souhaite c'est de réussir mais tu devrais te renseigner un max avant de te lancer.
Avatar de l’utilisateur
_sam_
Torréfacteur
 
Message(s) : 4321
Inscription : 03-05-2006
Localisation : Alentours de Lyon
a noté: 23 fois
a été noté: 49 fois

Re: AUTOEDITION de BD

Message non lupar guibz » 16 Déc 2010, 01:02

bah, en plus en s'autoéditant, même si ça marche, il faut aussi pouvoir emerger, déjà que chez les petits éditeurs c'est assez dur de ne pas mettre la clef sous la porte la première année.. à la limite le mieux dans ce genre de cas, si on veut à tout prix réaliser un projet en ayant un peu de reconnaissance, c'est le fanzine non ? on peut conquérir un peu de public et se faire remarquer.
Et puis à mon avis, si aucun éditeur veut un projet censé être de qualité, donc apte à être acheté, c'est qu'il doit y avoir un problème quelque pars, y a toujours moyen de trouver un éditeurs qui est plus ou moins dans certains délire, aussi décalé et anti "grand public" qu'il soit.
Avatar de l’utilisateur
guibz
Tasse à café
 
Message(s) : 281
Inscription : 28-09-2010
a noté: 0 fois
a été noté: 1 fois

Re: AUTOEDITION de BD

Message non lupar Aalehx » 16 Déc 2010, 04:11

Je suis avec attention ce sujet depuis sa création et je voudrais juste rebondir sur un point.
Il ne s'agit pas de juger si l'avance est un privilège des auteurs de BD, sur le principe et dans un monde de chamalow évidemment ca me parait normal que les artistes soient rémunérés un minimum pour produire leurs œuvres... Mais il faut tout de même bien admettre que la réalité est toute différente dans bon nombre de domaines artistiques!!!

Je travaille parallèlement sur un projet musical pour lequel j'ai auto-produit un cd. Et je vous assure que dans le domaine de la musique, l'autoprod. est en train de devenir la règle pour les artistes en début de carrière... Si tu veux te consacrer à ta passion, et bien tu transformes ton F0 en studio/atelier, tu te contentes du RSA et point! (Ça, c'est du concret...)
Malheureusement, il faut bien admettre une situation de fait: le statut sacré de l'artiste n'a plus la côte ces derniers temps! Aussi ça ne me surprend pas du tout qu'on parle d'auto-édition.

Par contre je voudrais quand même émettre un bémol concernant ta volonté de représenter tous les auteurs qui se présenteront à toi. Dans l'idéal c'est une belle idée mais je ne crois vraiment pas que cela puisse fonctionner, en effet si tu ne fixes pas de ligne éditoriale, si ton asso n'est pas gage d'un minimum de qualité ou tout du moins représentative d'un style particulier, tu n'auras aucune crédibilité auprès de tes divers partenaires.
C'est un cercle visqueux effectivement puisque le principe inhérent à l'autoprod c'est de laisser une chance à chacun, de révéler des talents qui n'auraient jamais pu passer la porte d'un label, d'une boite de prod. ou encore d'une maison d'édition. (On ne peut pas dire qu'un projet refusé soit un mauvais projet)
Mais le fait de créer un organisme de représentation entre en conflit avec cela puisque tu ne peux pas représenter tout le monde justement! L'idéal serait donc une structure de conseil accessible à tous doublée d'une sphère d'encadrement plus poussée déstinée à des projets sélectionnés. (La phase conseil peut quand même aller loin, comme mettre à disposition des membres de ton asso des listes de maisons d'édition pour faciliter le démarchage, des conseils de com aussi, comment présenter un projet bd etc.)
Mais il est clair que ce genre de structure à tout à fait sa place vue la situation actuelle!
Avatar de l’utilisateur
Aalehx
Gastéropode
 
Message(s) : 113
Inscription : 14-11-2010
Localisation : Nancy, Lorraine
a noté: 0 fois
a été noté: 0 fois

Suivant

Retour vers Discussion Générale



Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invité(s)