Cherche illustrateur pour Synopsis sélectionné

New Member
Messages
1
Score de réaction
0
Points
1
Bonjour

J'écris des histoires et des concepts sous toutes les formes et je m'acharne comme je peux à les développer. L'une d'elle a été sélectionné par Papertofilm, une plateforme hautement sérieuse qui met en relation des auteurs et des producteurs ( la sélection est très exigeante). Afin de promouvoir mon synopsis de 10 pages dans le "milieu", j'aimerai commander 2 ou 3 illustrations pour mettre en avant cette histoire très esthétique. Et si la sauce prend, espérons que la collaboration aille aussi plus loin.
Je cherche un illustrateur dans un style réaliste.
Si votre style me plait nous nous entendrons sur les termes de la collaboration

Je vous poste ici un court pitch et un extrait de texte mais sachez que si vous êtes intéressé je vous envoie sans problème le synopsis au grand complet ( 10 pages + note d'intention)

Avec tous mes vœux de réussites

Fantin

SKYLINER

Après une violente épidémie qui a contraint la population à une migration forcé, un homme se rend seul dans les différentes centrales nucléaires du territoire afin d’en sécuriser les réacteurs. Pour se guider dans son voyage, il suit les lignes à haute tensions…"

extrait du texte...

"...UN MONDE PRESQUE IDENTIQUE
Elliot se réveille dans une maison abandonnée.
La veille, surpris par un orage, il était venu s’y réfugier.
L’étage dans lequel il se trouve est plongé dans le noir car tous les volets sont fermés.
En bas, dans un salon plus éclairé, un blaireau renifle aux quatre coins de la pièce. Il s’était faufilé durant la nuit par la grande baie vitrée qu’Elliot avait mal refermé.
Comme les campagnes ont été massivement abandonné la nature se montre moins méfiante, et les animaux s’aventurent dans les maisons vides.
L’odeur humaine a quasiment disparu.
Le salon et la cuisine dans lesquelles Elliot descend ce matin-là n’ont pas reçu de visiteur depuis 24 mois, au moins, à l’exception de ce blaireau qui s’enfuit en l’apercevant.

Cette grande désertion a commencé avec une « mutation inquiétante de l’Ebola » qui a déferlé sur l’Europe en provenance de l’Afrique, contraignant les populations à s’enfuir sans ordre ni mesure vers les régions du nord, plus froide, où le virus semble-t-il ne peut pas survivre.

Depuis lors, et dans une large partie de la France, les campagnes sont devenues silencieuses. Les villages sont inhabités. Les véhicules sont engloutis dans les ronces. Les maisons sont devenues sombres et humides, et quand on enfonce une porte pour y rentrer, dix chats s’enfuient de tous les côtés. Certaines bâtisses ont brulé dans l’indifférence, entrainant avec elle parfois des incendies qui ont détruit des villages entiers. Les réseaux téléphoniques ne passent plus. L’électricité a été coupé, et bien sûr, les routes sont vides.
De large parties du territoire sont donc devenues des « no man’s land » que les populations ont laisser à l’abandon en attendant que le virus disparaisse.
De toute les manières, depuis les frontières des pays froids derrière lesquelles ils se sont abrités, tout le monde en est persuadé : Quand les choses reviendront à la normale, ils reviendront.
Cependant, certains ont pris le risque de rester malgré le danger de contamination. Chacun a ses raisons. Elliot a aussi la sienne..."
 
Haut