AUTO-EDITION et FINANCEMENT PARTICIPATIF

New Member
Messages
2
Score de réaction
0
Points
0
Bonjour,

Si vous cherchez un site internet où publier votre travail, http://wedias.net/ offre à ses utilisateurs la possibilité d'uploader des images sous un format "book" afin de les rendre disponible à la lecture en ligne.

Vos planches seront répertoriées dans notre wediathèque, visible par n'importe quel visiteur.

C'est gratuit et sans publicité !
 
New Member
Messages
273
Score de réaction
0
Points
0
Shuffle":c9e102k4 a dit:
bref on a pledger la somme grace a ce qu'il appelle premier cercle, (il y en a trois) composé de proches amis et familles, le deuxieme cercle et plus difficile a convaincre (amis d'amis) et je ne parle meme pas du troisieme cercle (inconnus) ou la il faut vraiment avoir quelques choses a avancer pour convaincre...

Pour moi, c’est l’aberration même du système. Expliquez-moi où est l’intérêt de passer par une plate forme participative si au final on rameute des gens qui connaissent déjà votre travail, que vous avez dans vos contacts via votre page FB, blog, site, etc… Dans ce cas où est l’intérêt de passer par Ulule ? Quelle plus value cela vous apporte t-il ? Puisqu’au final vous devez solliciter votre famille, vos amis et vos proches, etc...et vous pouvez le faire sans Ulule et directement de votre page FB, blog, site, etc…

Ca me fait penser aux dossiers de subventions publiques. On vous demande de trouver au minimum 50% de la somme du financement par vous même, de faire un plan business, de trouver un « parrain », etc, etc… Bref, au final, quand tu as remplis toutes les conditions, t’as plus besoin d’eux finalement. Donc, tu laisses tomber car découragé devant tant d’exigences ou au contraire tu te dis que si t’arrives à faire tout ce qu’on te demande, t’as plus besoin d’eux, ton truc tu peux te le financer toi-même.

Ulule et consorts c’est finalement la même chose. En gros, ce que vous auriez fait vous-mêmes via votre page FB, blog ou site, vous le faites via Ulule. A quoi bon ? C’est au final s’astreindre à leur politique et à leur laisser 8%. Alors je ne comprends pas où est l’intérêt de présenter ses projets via ce style de plateforme. En gros, ils offrent une « vitrine » pour présenter votre boulot qui est déjà connu ailleurs et de focaliser vos contacts via leur plateforme quand on peut le faire soit même. Alors quoi bon ??

Le paradoxe est qu’ils insistent sur ces fameux « 3 cercles » alors qu’au contraire, à mon sens, l’intérêt de ce style de plateforme est justement de pouvoir proposer à toucher un public auquel on a pas accès habituellement !! Sinon ça sert à rien. C’est pas vos proches ou vos amis qu’il faut convaincre puisqu’ils connaissent déjà votre boulot mais justement d’autres personnes qui pourraient être intéressés par votre travail. A mon sens c’est ça la vraie « vocation » d’une plate forme comme Ulule, offrir une « seconde vitrine » et pas vous obliger à faire ce que vous pouvez faire vous-même et leur laisser 8% pour ça.

D’après ce que j’ai pu lire sur le sujet comme témoignages, j’ai retenu deux choses :

1. La plupart s’accordent à dire que pour financer leur projet, et ceux qui l’ont financé, sont pour la grande majorité des gens extérieur à la plate forme de financement. (donc ça rejoint mon idée si c’est pour vendre votre BD à papy, mamy, tonton et quelques amis, autant le faire via votre page FB, blog ou site). Donc ça revient à ce que je disais : Ulule et consorts ne servent à rien, autant vendre directement via sa page FB, blog ou site.

2. Ceux qui ont testé les deux options (Ulule et consorts et via leur propre site, blog, page FB, etc...) s'accordent à dire aussi que vendre via une plate forme de financement ou sa propre page FB, site ou blog, c’est kif kif. C'est-à-dire que si le projet est intéressant, on trouve toujours des acheteurs. Si c’est nul, Ulule est consorts n’y changera rien. Ce qui nous ramène au point 1 : si le projet est de qualité, il se vendra et trouvera son public quelque soit le média utilisé. Et je pense que le public à aujourd’hui assez d’outils pour mener à bien cette communication (page FB, site, blog, etc…)

(et accessoirement, qu’on soit débutant ou confirmé ne change pas grand-chose. J’ai vu des travaux que je qualifierai de très moyens trouver financement et des pros qui se sont pris des râteaux terribles. Pour les pros, je pense que c’est parce qu’ils étaient un peu trop gourmands. S’ils avaient demandé moins, je pense que cela serait passé. Il y avait adéquation entre la somme demandée et le coût réel du projet, objectivement)

Et là où je ne comprends pas non plus votre logique c’est que tout le monde s’accorde à dire qu’un mec comme Fernandez par exemple, s’il se paie aussi via sa demande de financement, ça ne choque personne. On trouve ça normal. Si un auteur débutant fait la même chose ça ne passe plus. Je suis désolé mais le boulot est le même. Pourquoi on accorderait cet « avantage » à l’un et pas à l’autre ? Ce n’est ni une question de talent ou de niveau, juste une question de principe. Certains auteurs intégrent leur rémunération dans la demande de participation et souvent ça passe mal. D’autres le font et on ne dit rien, et pour d'autre c’est le scandale. J’ai pourtant vu des pros intégrer leur rémunération dans leur projet et qui se sont cassés la gueule (et qui avait une carrière bien plus longue et bien plus d’albums à leur actif que Fernandez par exemple). Donc là aussi, c’est aberrant, on accepte certaines chose pour les uns et pas pour les autres. Sur quel critères ?

En conclusion, pour revenir au sujet de départ, je ne vois absolument pas l’intérêt d’Ulule et consorts, du moins avec leur politique actuelle. Peut être quelque chose m’échappe dans mon raisonnement ? En tout cas je suis bien curieux de connaître vos arguments sur l’utilité du financement participatif par rapports aux doutes que j’ai émis ici. Pour moi, ce style de platerforme n'a son utilité que si elle sert de seconde virtrine. Si elle sert juste à focaliser son boulot, connu déjà ses contacts et de leur demander de souscrire via leur site, à quoi ça sert??? Pige pas...
 
Member
Messages
793
Score de réaction
0
Points
16
1. Sur le fait d'inclure sa rémunération dans le coût du projet :
Tout le monde ne peut pas arriver à réunir une telle somme. Fernandez a réussi, et c'est bien un des seul.
Il y a aussi le fait que dans ce système, il faut absolument réunir la somme que tu affiches pour la débloquer. Certains font donc le choix d'afficher une somme modeste et réunissent plus.
Un autre point est qu'un projet BD n'a pas vocation à s'équilibrer budgétairement uniquement sur une souscription, mais sur l'ensemble de la chaîne. La rémunération de l'auteur peut donc aussi se faire par la vente des livres après l'impression.

2. Les sites de Crowdfunding ne sont pas la panacée. Ils apportent une solution technique pour l'acte de souscription et c'est tout.
Tu peux effectivement te créer un compte paypal sur ton site et renvoyer tout le monde dessus pour faire ta levée de fonds. Mais dans ce cas là, les souscripteurs se baseront sur ta bonne foi pour commander ton bouquin.
Avec un site tiers, ils ont une garantie. Ce n'est pas négligeable quand un nombre conséquent de souscripteurs te sont inconnus (ce qui était mon cas).

3. Tu peux aussi panacher : faire une souscription papier (et paypal) pour les proches. Faire le point des recettes et compléter par une souscription dématérialisée. Tu économises alors 8% sur une partie des recettes.
 
New Member
Messages
273
Score de réaction
0
Points
0
Afigiboto":2p0oav2o a dit:
1. Sur le fait d'inclure sa rémunération dans le coût du projet :
Tout le monde ne peut pas arriver à réunir une telle somme. Fernandez a réussi, et c'est bien un des seul.

Tant mieux pour lui, mais j'avoue que je ne comprends pas justement pourquoi lui et pas d'autres? Mais bon, c'est à la discrétion des souscripteurs chacun fait ce qu'il veut mais j'étais assez étonné.

Il y a aussi le fait que dans ce système, il faut absolument réunir la somme que tu affiches pour la débloquer. Certains font donc le choix d'afficher une somme modeste et réunissent plus.

Je pense aussi que c'est la meilleure solution. Si le budget est réaliste je pense que les gens suivent car ils comprennent que c'est vraiment juste pour financer le truc et pas pour se payer des vacances au Mexique. J'ai vu un pro demander plus de 15 000 euros (qu'il n'a pas obtenu ) pour une BD noir et blanc de 200 pages. Là ça sent quand même le foutage de gueule. Il a récolté quand même 5000. A la limite il aurait demandé 5000 au départ, ça serait passé.

Un autre point est qu'un projet BD n'a pas vocation à s'équilibrer budgétairement uniquement sur une souscription, mais sur l'ensemble de la chaîne. La rémunération de l'auteur peut donc aussi se faire par la vente des livres après l'impression.

C'est pas faux en effet

2. Les sites de Crowdfunding ne sont pas la panacée. Ils apportent une solution technique pour l'acte de souscription et c'est tout.

C'est déjà beaucoup sachant que le nerf de la guerre c'est l'argent et que certaines personnes n'ont pas les compétences techniques pour gérer un site ou leur com. De plus, sans vouloir être désagréable, beaucoup de projets que j'estime plutôt moyens se retrouvent sur ces sites de Crowfunding ce qui semble leur donner un peu plus de légitimité que si les auteurs avaient présentés leur projet via leur page FB, blog, site, etc... Du coup ces projets se retrouvent financés alors que dans des circonstances "normales" ils seraient encore certainement dans leurs cartons. J'ai l'impression qu'on retrouve le même sentiment avec le Crowfunding qu'avec un éditeur. Si c'est édité, c'est que c'est "éditable". Si c'est sur un site de "Crowfunding" idem. Pourtant si il y a des bonnes choses (et de plus en plus heureusement), il y aussi pas mal de choses qui sont du niveau amateur au sens le plus négatif du terme.

Tu peux effectivement te créer un compte paypal sur ton site et renvoyer tout le monde dessus pour faire ta levée de fonds. Mais dans ce cas là, les souscripteurs se baseront sur ta bonne foi pour commander ton bouquin.
Avec un site tiers, ils ont une garantie. Ce n'est pas négligeable quand un nombre conséquent de souscripteurs te sont inconnus (ce qui était mon cas).

Oui et non. Les cas sont peu fréquents mais il y en a. Certains se sont barrés avec le pécule sans donner signe de vie et d'autres font trainer en longueur la réalisation de leur projet au point que certains souscripteurs se demandent s'ils n'ont pas payés dans le vent. Après, commander sa BD via un site de Crowfunding ou auprès d'une petite maison d'édition qui a son propre site, ne donne pas à mon avis plus de garantie. Je pars du principe que les gens sont honnêtes, mais s'ils ne le sont pas, Crowfunding ou sites, blog, etc...ne change pas grand chose. Mais j'avoue que l'on peut considérer un peu plus "sûr" de passer ces sites spécialisés.

3. Tu peux aussi panacher : faire une souscription papier (et paypal) pour les proches. Faire le point des recettes et compléter par une souscription dématérialisée. Tu économises alors 8% sur une partie des recettes.

Le "problème" n'est pas tant les X% à donner à un site de Crowfunding que le principe même. Le seul véritable intéret comme tu dis, et que cela peut rassurer des tiers pour souscrire à ton projet. Mais si ça doit se limiter à des proches, j'en vois absolument pas l'intérêt. J'oserai même dire que ce qu'ils appellent les 1er et 2ème cercles, ne devraient même pas être pris en compte tant ils sont évidents. Le but pour vendre des BD et se faire connaître et justement de toucher un public que l'on a pas habituellement. Et justement le Crowfunding fait exactement l'inverse dans sa stragégie. En gros c'est "ameutez toutes vos connaissances et faites la transaction via notre site". or il serait au contraire préférable qu'ils proposent la possibilité à des auteurs de "rencontrer" un public qu'il ne touche pas habituellement. Ce qui l'aidera réllement à élargir son lectorat.
 
New Member
Messages
6
Score de réaction
0
Points
1
I have read your article, it is very informative and helpful for me. I admire the valuable information you offer in your post.
 
Haut