[BOITE A OUTILS] Trucs et astuces techniques

New Member
Messages
193
Score de réaction
0
Points
0
Bonjour à tous,

Question surement idiote ou incongrue. Si vous deviez donner un rapport entre la longueur d'un texte écrit (le scénario) et celle d'une BD dessinée et découpée.
Je sais que c'est très relatif et changeant, une BD purement graphique ne passe par le même travail d'écriture et de développement qu'une BD narrative standard type Tintin ou Asterix.

Bref, pour être plus clair, d'un texte où un narrateur raconte l'histoire et où les dialogues sont écrits, comment pouvez vous évaluer grosso modo la taille du produit final dessiné ?

D'avance merci.
 
New Member
Messages
200
Score de réaction
0
Points
0
Heu bah, la réponse est dans la question, non? :)

Le mieux est de faire un semblant de découpage (par planche, un chemin de fer, quoi) pour être au plus près.
 
New Member
Messages
3
Score de réaction
0
Points
0
Saluts

J'ai une question à poser aux scénaristes mais aussi aux dessinateurs/trices,
je l'ai posté ici et j'espère que ça convient (?).

D'abord, Je suis dessinateur et même si j'ai beaucoup d'idées que j'aime à partager avec le/la scénariste,
je m'en tiens au dessin.

Souvent quand j'ai un texte, une histoire, un scénario que j'apprécie,
je ne peux attendre de me lancer sur mes crayons et pinceaux
mais le résultat n'est pas à la hauteur de ce que j'ai ressenti en lisant.

J'ai aussi travaillé avec des scénaristes quelquefois et malgré leur enthousiasme
pour mon travail je ne suis pas satisfait parce que j'ai l'impression de ne pas connaître l'histoire
aussi bien qu'eux, de ne pas être touché par leur mots. Il me faut lire et relire, faire des recherches
puis laisser le temps passer et relire encore mais ce n'est pas facile quand le scénario évolue.
Et je me trouve presque frustré... comme si je ne faisais pas mon boulot correctement.

De quelle manière lisez-vous, vous imprègnez-vous, interprêtez-vous
le texte ou scénario que vous a confié le/la scénariste?


Avez-vous une méthode ou plusieurs, pas de méthode particulière mais beaucoup de relectures,
lecture à haute voix?

Merci à vous.
:cry: Ne me bannissez pas s'il-vous-plaît, il y a écrit "Postez ici toutes vos recherches de dessinateurs BD svp ".
Je ne suis pas certain que ma demande corresponde mais le sujet m'importe beaucoup!
 
New Member
Messages
58
Score de réaction
0
Points
0
LudOzig":1evdpd6m a dit:
Saluts

J'ai une question à poser aux scénaristes mais aussi aux dessinateurs/trices,
je l'ai posté ici et j'espère que ça convient (?).

D'abord, Je suis dessinateur et même si j'ai beaucoup d'idées que j'aime à partager avec le/la scénariste,
je m'en tiens au dessin.

Souvent quand j'ai un texte, une histoire, un scénario que j'apprécie,
je ne peux attendre de me lancer sur mes crayons et pinceaux
mais le résultat n'est pas à la hauteur de ce que j'ai ressenti en lisant.

J'ai aussi travaillé avec des scénaristes quelquefois et malgré leur enthousiasme
pour mon travail je ne suis pas satisfait parce que j'ai l'impression de ne pas connaître l'histoire
aussi bien qu'eux, de ne pas être touché par leur mots. Il me faut lire et relire, faire des recherches
puis laisser le temps passer et relire encore mais ce n'est pas facile quand le scénario évolue.
Et je me trouve presque frustré... comme si je ne faisais pas mon boulot correctement.

De quelle manière lisez-vous, vous imprègnez-vous, interprêtez-vous
le texte ou scénario que vous a confié le/la scénariste?


Avez-vous une méthode ou plusieurs, pas de méthode particulière mais beaucoup de relectures,
lecture à haute voix?

Merci à vous.
:cry: Ne me bannissez pas s'il-vous-plaît, il y a écrit "Postez ici toutes vos recherches de dessinateurs BD svp ".
Je ne suis pas certain que ma demande corresponde mais le sujet m'importe beaucoup!

Le ressenti que l'on à envers une histoire est propre à chacun.
Si tu n'est pas touché par celle-ci, c'est que ce n'est pas à toi de la mettre en image.
Par contre, lorsque tu est ennivré par un scénario, tu ne devrais pas te jeter à corps perdu sur tes pinceaux.
Le travaille de recherche que tu n'effectue que lorsque tu as du mal à t'impregnier d'une histoire devrais etre un travaille systématique.
Etudier des oeuvres graphiques ayant des ambiances se raprochant de celle-là, multiplier les croquis pour trouver un trait en adéquation, ect...Ce travail préparatoire est je pense nécéssaire si tu veut un travail à la hauteur de ce que tu as ressentit lorsque tu as lu l'histoire que tu aprécie.
Avant de te jeter sur tes pinceaux, prend un stylo et marque les résultats que tu aimerais avoir. Ca facilitera ton travail de recherche! :)
 
New Member
Messages
720
Score de réaction
0
Points
0
Lu et c'est plutôt interessant, si on désire une histoire trés hollywoodienne...
Bien entendu le livre parle de scénarios de films, mais le contenu est applicable aux scénars de B.D.
5180R7MYWQL._SL500_AA300_.jpg
 
New Member
Messages
20
Score de réaction
0
Points
0
Voilà un sujet très très mais alors très intéressent. Je vais donné ma façon de faire également :)

Je rêve. En générale j'ai tendance a me souvenir de mes rêves les plus marquant, qui plus est il sont généralement très construit, en suite je me fixe sur le sentiment que je suis en train de ressentir et je brode autour.
Je n'ai pour le moment aucune expériences de scénariste donc aucun savoir faire technique donc je ne peut pas en ajouté bien plus, cependant j'ai généralement tendance a me laissé porté par l'univers que je façonne les éléments viennent d'eux même au final.

Merci a tout les autres pour vos conseils et vos avis :)
 
Active Member
Messages
3,047
Score de réaction
0
Points
36
Un truc tout bête pour voir si son histoire tient la route : Essayer de la raconter à quelqu'un, à voix haute.
Souvent en faisant cet exercice, on se rend très vite compte de ce qui bloque.
Si la personne en face ne comprend pas certains trucs et nous arrête en cours de route.
Si on s'y reprend à plusieurs fois pour expliquer un truc, ou qu'on balbutie au moment d'expliquer telle scène.
Si on n'arrive pas à répondre à une question de la personne qui écoute.
Si on n'arrive pas à la raconter de manière claire, c'est que les éléments du récit ne sont pas assez évidents.
 
New Member
Messages
158
Score de réaction
0
Points
0
J'ai lu tout le topic, et je commence à prendre peur... Y a-t-il quelqu'un d'autre qui n'écrit jamais la moindre petite ligne de profil comportemental lorsqu'il crée un personnage, même principal ?
 
Active Member
Messages
3,047
Score de réaction
0
Points
36
Tu n'es pas obligé d'avoir tout de suite toutes les caractéristiques de tes personnages, mais normalement, à mesure que ton histoire se précise, tu dois pouvoir commencer à remplir des cases, et ce sont ces mêmes précisions qui vont après te servir pour ne pas t'égarer et faire réagir tes personnages n'importe comment.
Après, chacun note ce qu'il veut sur ses fiches personnages, tu peux en rajouter, en enlever, etc…
Chez moi (pour l'instant) ça donne ça :

NOM DU PERSONNAGE (ARCHÉTYPE AUQUEL IL SE RAPPORTE)
Animal associé :


Statut social :

Personnalité :
Talent(s) :
Pouvoir(s) :

Désir(s) :
Désir(s) secret(s):
Objectif :
Action principale :

Valeurs / anti-valeurs :
Faiblesse(s) psychologique(s) :
Faiblesse(s) morale(s) :
Besoin psychologique :
Besoin moral :

Ironie(s) dramatique(s) dont il est victime :
Ironie(s) dramatique(s) dont il est l'instigateur :
Ironie(s) dramatique(s) dont il est complice :

Comment justifie-t'il ses actions :
Façon dont il attaque la faiblesse de … :
Façon dont il affronte le problème moral central :

Transformation :

Histoire :

Valeur introspective :
Aspect(s) technique(s) :
Design :
 
Member
Messages
793
Score de réaction
0
Points
16
Zorga":1rqejk4b a dit:
J'ai lu tout le topic, et je commence à prendre peur... Y a-t-il quelqu'un d'autre qui n'écrit jamais la moindre petite ligne de profil comportemental lorsqu'il crée un personnage, même principal ?

Au début, je n'écris rien concernant le profil psychologique du personnage. Mais il y a un moment où ça s'impose. Où les choix que je fais concernant l'intrigue sont générés par des conflits internes à (aux) personnage (s). A ce moment là, je commence à créer une fiche personnage. Elle peut être succincte ou au contraire plus approfondie ... mais jamais autant que ce que décrit Raoul Douglas. Mais la trame qu'il propose est bien complète. Je crois que je m'en servirai à l'avenir. Merci Raoul !
 
New Member
Messages
720
Score de réaction
0
Points
0
Afigiboto":1iypxl91 a dit:
Zorga":1iypxl91 a dit:
J'ai lu tout le topic, et je commence à prendre peur... Y a-t-il quelqu'un d'autre qui n'écrit jamais la moindre petite ligne de profil comportemental lorsqu'il crée un personnage, même principal ?

Au début, je n'écris rien concernant le profil psychologique du personnage. Mais il y a un moment où ça s'impose. Où les choix que je fais concernant l'intrigue sont généré par des conflits internes à (aux) personnage (s). A ce moment là, je commence à créer une fiche personnage. Elle peut être succincte ou au contraire plus approfondie ... mais jamais autant que ce que décrit Raoul Douglas. Mais la trame qu'il propose est bien complète. Je crois que je m'en servirai à l'avenir. Merci Raoul !
Les personnages servent l'histoire, il ne faut jamais l'oublier.
 
New Member
Messages
171
Score de réaction
0
Points
0
Je sais, je "déterre" un peu le sujet, mais c'est un post-it après tout...
Donc c'est susceptibles d'être consulté et re-consulté par des nouveaux comme des anciens.

Bawelt":1j6n920x a dit:
Bref, pour être plus clair, d'un texte où un narrateur raconte l'histoire et où les dialogues sont écrits, comment pouvez vous évaluer grosso modo la taille du produit final dessiné ?

Pour ma part, je ne fais pas tout le découpage en amont mais un synopsis paginé.
C'est à dire que je visualise à peu près les pages et j'attribue un nombre de pages à chaque résumé de scène.
Après, ça peut être ajusté en cours de route selon les besoins, en respectant de préférence les chutes de scènes en page de droite.
Comme ça, on a aussi une vision globale du rythme de l'album et au moment de découper les pages, ça va + vite je trouve.
 
Active Member
Messages
3,047
Score de réaction
0
Points
36
Hop ! Ca peut aider ! ;)
Les 36 situations dramatiques. cf: wikipédia

01 Implorer : un personnage en péril implore qu’on le tire de l’embarras.
02 Sauver : un personnage se propose pour en sauver un ou plusieurs autres.
03 Venger un crime : un personnage venge le meurtre d’un autre personnage.
04 Venger un proche : une vengeance au sein d’une même famille.
05 Être traqué : un personnage doit s’enfuir pour sauver sa vie.
06 Détruire : un désastre survient, ou va survenir, à la suite des actions d’un personnage.
07 Posséder : un désir de possession (un bien, un être, etc.) contrevenue.
08 Se révolter : un personnage insoumis se révolte contre une autorité supérieure.
09 Être audacieux : un personnage tente d’obtenir l’inatteignable.
10 Ravir ou kidnapper : un personnage kidnappe un autre personnage contre sa volonté.
11 Résoudre une énigme : un personnage essaie de résoudre une énigme difficile.
12 Obtenir ou conquérir : un personnage principal essaie de s'emparer d'un bien précieux.
13 Haïr : un personnage voue une haine profonde à un autre personnage.
14 Rivaliser : un personnage veut atteindre la situation enviable d'un proche.
15 Adultère meurtrier : pour posséder son amante, un personnage tue son mari.
16 Folie : sous l’emprise de la folie, un personnage commet des crimes.
17 Imprudence fatale : un personnage commet une grave erreur.
18 Inceste : une relation impossible entre proches.
19 Tuer un des siens inconnus : un personnage tue un proche sans le savoir.
20 Se sacrifier à l'idéal : un personnage donne sa vie pour un idéal.
21 Se sacrifier aux proches : un personnage se sacrifie pour sauver un proche.
22 Tout sacrifier à la passion : une passion se révèle fatale.
23 Devoir sacrifier les siens : pour un idéal supérieur, un personnage sacrifie un être proche.
24 Rivaliser à armes inégales : un personnage décide d'affronter un autre plus fort que lui.
25 Adultère : un personnage trompe un autre personnage.
26 Crimes d'amour : un personnage amoureux s’égare et commet un crime.
27 Le déshonneur d'un être aimé : l’être aimé se livre à des activités répréhensibles.
28 Amours empêchés : un amour est entravé par la famille ou la société.
29 Aimer l’ennemi : un personnage en aime un autre même s'il est son ennemi.
30 L'ambition : un personnage est prêt à tout pour concrétiser son ambition.
31 Lutter contre Dieu : un personnage est prêt à affronter Dieu pour assouvir son ambition.
32 Jalousie : mépris et jalousie amènent un personnage à poser des actes regrettables.
33 Erreur judiciaire : un personnage est injustement accusé et condamné.
34 Remords : rongé par la culpabilité, un personnage a des remords.
35 Retrouvailles : après une longue absence, des personnages se retrouvent ou se reconnaissent.
36 L’épreuve du deuil : un personnage doit faire le deuil d’un personnage aimé.


 
New Member
Messages
95
Score de réaction
0
Points
0
bonjour,

pour parler de mon expérience concernant l'écriture des scénarios, elle se compose toujours ainsi :
-une idée, qui devient un pitch. (souvent d'ailleurs, je pense d'abord comment je vais finir l'histoire que je veux raconter, ce qui me donne le ton de la bd, et c'est souvent assez noir)
- j'en écris vite fait un synopsis avec les intrigues principales. Cela dégage déjà le rythme, l'ambiance et un peu les caractéristiques des personnages.
-ensuite je me plonge dans l'univers : caractéristiques plus poussés des personnages principaux, lieux de l'histoire, temps.
-puis je fais un séquentiel détaillé de toute la bd (chez moi, environ huit à 9 scènes pour une bd de 46 pages)
-enfin je m'attaque au découpage scène par scène, tout en respectant les codes de la bd (grande case pour une nouvelle scène, suspense dans la case en bas de la page de droite... bref le classique)

après, je transmets cela au dessinateur qui me donne son avis sur le découpage et tout le reste. Car je rejoins pas mal de monde sur ce topic, je visualise énormément mes scènes, mais le dessinateur s'il est bon est calé dans la bd va de suite me reprendre afin que les cases ne soient pas trop décousues, trop remplies, pas assez d'ellipses... c'est son boulot. du coup, je retravaille encore et encore mon découpage afin qu'il soit en adéquation avec notre vision commune.
Selon moi, le dessinateur ne doit pas seulement reproduire mon découpage, il doit l'améliorer, y apporter son avis, sa vision. c'est avant tout un échange, et j'ai pas l'impression que beaucoup de gens en parlent, mais c'est hyper important.
pour finir, les dialogues, je les écris au fur et à mesure du découpage, comme si c'est moi qui parlaient à la place des personnages (qui parlaient de schizophrénie ??? )
voila, c'est peut-être pas la meilleure méthode, mais c'est celle qui me correspond le mieux
 
New Member
Messages
20
Score de réaction
0
Points
0
Voici le lien d'un site consacré aux onomatopées en général. Elles sont disponible par ordre alphabétique et par thème, comme le dit son créateur, ce site est à destination des dessinateurs de bd et se veut participatif. Deux bonne raisons de vous donner le lien du site 0:)

http://www.les-onomatopees.fr/onomatope ... humain.php
 
New Member
Messages
11
Score de réaction
0
Points
0
Wah, j'ai lu presque tout le fil, c'est vraiment très riche !! Bravo !!

Bon, je suis écrivain, j'enseigne le scénario et je conseille des auteurs, je vais vous donner mon point de vue sur tout ça.

Des gens ont une méthode très intuitive et fort peu... méthodique. C'est un miracle que ça puisse marcher. J'ai écrit comme ça pendant des années : avec une méthode bancale, une non-méthode. Je faisais des plans rapido, je rassemblais plein de notes disparates, mon cerveau cinglé en faisait d'incroyables mix, ça pouvait donner le meilleur comme - plus souvent... - le pire.
Ensuite j'ai appris le scénario, via quelques unes des références citées ici : Robert Mc Kee, Yves Lavandier, J-M Adam, J-M Roth, Vladimir Propp, et pas mal d'autres. Là ma méthode de travail a vachement changé - est devenue un mix entre la droite raison tatillonne et le pur délire jouissif, et la qualité de mes œuvres a fait, je l'ai clairement senti, ce que Mao voulait faire faire à la Chine obèse : un grand bond en avant.

La méthode vraiment scénaristique pour moi c'est ça :

- Une histoire, c'est un fil rouge qui va d'un début prometteur à une fin suffisamment conclusive ; plein d'histoires amateur sont nulles, parce qu'elles n'ont pas de fil rouge, elles n'ont que des thèmes disparates, des scènes qui flottent dans le vide, des personnages qui ne vont nulle part, des événements qui arrivent au hasard, sans ordre organique, et tout cela, au lieu de produire l'énorme tension dramatique qui scotchera le public à son siège, génère ennui et lassitude immédiate. Je les connais ces erreurs, je les ai toutes faites...

- Une histoire c'est souvent une série d'histoires. Pour être clair dans ma pédagogie, j'ai distingué l'histoire et les intrigues. L'histoire est donc faite d'intrigues : souvent une intrigue principale (le fil rouge !!!) avec une série d'intrigues secondaires qui tournent autour pour rajouter de l'humour, du sexe, de l'action, pour compliquer le message de l'intrigue principale, etc.

- Personnages. Je vois des gens dire qu'ils partent sur de longues descriptions thématiques de leurs personnages. ça me laisse sceptique : avec ça, ok, on a des définitions thématiques, seulement je ne vois pas en quoi ça peut faire avancer une histoire (peut-on peindre une maison sans murs ?). Je préfère voir les choses comme ça :
Chaque intrigue a son ou ses Héros, qui ont leur-s Antagonistes. Les deux ont des équipes qui les aident. Avec une telle conception, tous les personnages ont leur fonction dramatique clairement définie. C'est là seulement qu'on peut les habiller avec des thèmes - genre le Héros est un chevalier roux qui mange des nems sauce moutarde, son cheval (fonctionnellement inclus dans l'équipe du Héros) a des flatulences, etc. Ces détails décorent une structure fiable parce que fonctionnelle. Si des personnages n'ont aucun rôle fonctionnel dans une histoire, ils dégagent, ce sont des intrus, ou alors justement ils servent à faire un effet comique du genre "cheveu sur la soupe", apparitions loufoques dans un style Monty Python, irruptions surréalistes par surprise, etc.

Bon, voilà, si cette vision des choses vous intéresse, je crois avoir été plus clair, et aussi plus technique, dans une page de définitions des termes du scénario :

Vocabulaire du scénario et de l'art narratif

En tout cas vous faites du bon boulot, ça me donne envie de vous repomper quelques trucs :) C'est bien cool tout ce partage ! Merci !
 
New Member
Messages
20
Score de réaction
0
Points
0
Question onomatopée

Comment retranscrire en onomatopée le son d'une caméra de surveillance dont l'objectif fait un zoom?

Merci de donné votre avis :)
 
New Member
Messages
160
Score de réaction
0
Points
0
zzzzzz, tzzzzz ou bzzzzzzz

C'est ce que j'utiliserai si j'avais ce grave problème à résoudre. :D
 
Haut